Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Frères
Hier et aujourd'hui
 ↑  
Histoire
Services
Encyclopédie
Visites

 5014078 visiteurs

 39 visiteurs en ligne

Homélie                                              27è  dimanche  ordinaire C                                  6 Octobre 2019

Quel complément, une fois de plus, entre les textes proposés à la liturgie. Quelle actualité et quelle nourriture pour notre foi !

Il y a d'abord le cri du prophète Habacuc. Un cri vers Dieu, un appel lancé face à la situation. Il y a les pillages et violences contre Jérusalem, tandis que, dans les propres rangs du peuple, ce sont disputes et discordes. La parole du prophète s’impose pour questionner Dieu et espérer une réponse. Aujourd’hui aussi, face aux différentes situations d’actualité du monde et dans la société,  face aux conflits, aux violences, aux difficultés, des hommes et des femmes s’interrogent, se révoltent et en appellent à Dieu. Oui, on peut reprendre à notre compte ce cri du prophète : Dieu que fait-il ?

« Où est-il ton Dieu ? » semble crier notre monde à tous ceux qui se réclament de lui. Chaque croyant est ainsi devant cette interrogation pour lui-même, et vis-à-vis de ceux qu’ils rencontrent. La Parole de Dieu donne au prophète la réponse de la foi : « le juste vivra par sa fidélité ». Cela suffira-t-il à calmer le peuple de Jérusalem ? Cela est-il audible aujourd’hui ? Et moi-même, comment est-ce que je reçois cet appel à la fidélité ? à la foi ? Comment en vivre ?

Ce cri du peuple d’hier et d’aujourd’hui, on le retrouve dans les psaumes : expression d’un cri au cœur d’une prière confiante, faite de foi, d'espérance et d'engagement. L'appel à l’aide et la louange alternent dans ces chants. Oui, « il est notre Dieu, nous sommes le peuple qu'il conduit », avec cette liberté offerte à chacun et sa responsabilité dans sa réponse. Dieu attend notre participation.

Avec le passage d'Evangile, voici les paroles de Jésus pour aller au cœur de la foi. Si le Christ répond assez sèchement à la demande des apôtres qui en veulent toujours plus, c’est pour les inciter à découvrir la richesse qui est déjà en eux : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde... ». La foi n'est pas une totalité, un tout reçu en une seule fois, mois un cadeau reçu à faire croître en nous. A l’exemple de la graine, image souvent reprise, la foi est appelée à grandir, à se développer en nous. Sommes-nous conscients de ce cadeau reçu ? Sommes-nous attentifs à cette présence de Dieu en nous ? A cette force qui peut conduire à des projets un peu fous. A quoi sert de planter un arbre en mer ?

St Paul invite Timothée à raviver en lui le don gratuit de Dieu reçu « depuis que je t’ai imposé les mains ». Le voilà exhorté à rendre témoignage, à garder le dépôt de la foi, à vivre, malgré les difficultés et les souffrances liées à l’annonce de l’Evangile. Texte d’encouragement en ce début de la vie de l’Eglise, tout aussi important aujourd’hui. Appel qui peut nourrir notre propre expérience spirituelle.

Nous venons, vendredi de fêter St François d’assise. Que de projets fous n’a-t-il pas entrepris et proposés à ses frères. Vivre l’évangile dans sa radicalité, aller jusqu’à Damiette rencontrer le Sultan, louer le créateur pour et par la création… autant de projets, insensés parfois, rendus possibles grâce à cette foi qui grandit en lui, qui tout au long de sa vie s’approfondit, et le rend de plus en plus proche de son Seigneur qu’il ne cesse de contempler dans le pauvre et le petit.

François d’Assise connait aussi les difficultés et les découragements. Il n’hésite pas à s’en remettre à son Seigneur, comme dès le début de sa vocation, dans sa recherche de la volonté de Dieu. Nous pouvons joindre notre prière à la sienne en reprenant celle qu’il exprime devant le crucifié de St Damien, et toujours d’actualité :

« Dieu très-haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon cœur, donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité, donne-moi de sentir et de connaitre, afin que je puisse l’accomplir, ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer »

Frère Didier Brionne

Homélie                                              27è  dimanche  ordinaire C                                  6 Octobre 2019

Quel complément, une fois de plus, entre les textes proposés à la liturgie. Quelle actualité et quelle nourriture pour notre foi !

Il y a d'abord le cri du prophète Habacuc. Un cri vers Dieu, un appel lancé face à la situation. Il y a les pillages et violences contre Jérusalem, tandis que, dans les propres rangs du peuple, ce sont disputes et discordes. La parole du prophète s’impose pour questionner Dieu et espérer une réponse. Aujourd’hui aussi, face aux différentes situations d’actualité du monde et dans la société,  face aux conflits, aux violences, aux difficultés, des hommes et des femmes s’interrogent, se révoltent et en appellent à Dieu. Oui, on peut reprendre à notre compte ce cri du prophète : Dieu que fait-il ?

« Où est-il ton Dieu ? » semble crier notre monde à tous ceux qui se réclament de lui. Chaque croyant est ainsi devant cette interrogation pour lui-même, et vis-à-vis de ceux qu’ils rencontrent. La Parole de Dieu donne au prophète la réponse de la foi : « le juste vivra par sa fidélité ». Cela suffira-t-il à calmer le peuple de Jérusalem ? Cela est-il audible aujourd’hui ? Et moi-même, comment est-ce que je reçois cet appel à la fidélité ? à la foi ? Comment en vivre ?

Ce cri du peuple d’hier et d’aujourd’hui, on le retrouve dans les psaumes : expression d’un cri au cœur d’une prière confiante, faite de foi, d'espérance et d'engagement. L'appel à l’aide et la louange alternent dans ces chants. Oui, « il est notre Dieu, nous sommes le peuple qu'il conduit », avec cette liberté offerte à chacun et sa responsabilité dans sa réponse. Dieu attend notre participation.

Avec le passage d'Evangile, voici les paroles de Jésus pour aller au cœur de la foi. Si le Christ répond assez sèchement à la demande des apôtres qui en veulent toujours plus, c’est pour les inciter à découvrir la richesse qui est déjà en eux : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde... ». La foi n'est pas une totalité, un tout reçu en une seule fois, mois un cadeau reçu à faire croître en nous. A l’exemple de la graine, image souvent reprise, la foi est appelée à grandir, à se développer en nous. Sommes-nous conscients de ce cadeau reçu ? Sommes-nous attentifs à cette présence de Dieu en nous ? A cette force qui peut conduire à des projets un peu fous. A quoi sert de planter un arbre en mer ?

St Paul invite Timothée à raviver en lui le don gratuit de Dieu reçu « depuis que je t’ai imposé les mains ». Le voilà exhorté à rendre témoignage, à garder le dépôt de la foi, à vivre, malgré les difficultés et les souffrances liées à l’annonce de l’Evangile. Texte d’encouragement en ce début de la vie de l’Eglise, tout aussi important aujourd’hui. Appel qui peut nourrir notre propre expérience spirituelle.

Nous venons, vendredi de fêter St François d’assise. Que de projets fous n’a-t-il pas entrepris et proposés à ses frères. Vivre l’évangile dans sa radicalité, aller jusqu’à Damiette rencontrer le Sultan, louer le créateur pour et par la création… autant de projets, insensés parfois, rendus possibles grâce à cette foi qui grandit en lui, qui tout au long de sa vie s’approfondit, et le rend de plus en plus proche de son Seigneur qu’il ne cesse de contempler dans le pauvre et le petit.

François d’Assise connait aussi les difficultés et les découragements. Il n’hésite pas à s’en remettre à son Seigneur, comme dès le début de sa vocation, dans sa recherche de la volonté de Dieu. Nous pouvons joindre notre prière à la sienne en reprenant celle qu’il exprime devant le crucifié de St Damien, et toujours d’actualité :

« Dieu très-haut et glorieux, viens éclairer les ténèbres de mon cœur, donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité, donne-moi de sentir et de connaitre, afin que je puisse l’accomplir, ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer »

Frère Didier Brionne

Fermer Fermer


Date de création : 08/10/2019 * 20:58
Catégorie : Hier et aujourd'hui - Homélies
Page lue 53 fois

Thèmes spirituels
Renseignements

Pour nous joindre :
7 rue Marie-Rose 75014 PARIS
téléphone : 01 40 52 12 70
télécopie : 01 40 52 12 90
accueil@franciscains-paris.org

La porterie est ouverte
de 8 h 45 à 11 h 45 et
de 14 h 30 à 18 h 30

(sauf le dimanche)

La chapelle est ouverte
de 7 h 30 à 12 h 30
de 14 h 45 à 19 h 30.

  8 h : Laudes (dim. 8 h 45)
12 h : messe communautaire
18 h 30 : prière silencieuse
19 h : vêpres
DIMANCHE messe à 10 h 30

location des salles

Descriptif

Salle Duns Scot

80 m2, jusqu'à 40 personnes. Une salle agréable, d'accès immédiat puisque située au rez-de-chaussée.

Petites salles de réunion

Egalement au rez-de-chaussée, 4 petites salles conviviales pour 4 à 8 personnes.

Salle Saint-Antoine de Padoue

de 100 à 300 m2, avec une scène (jusqu'à 200 places).

Une salle moderne, en sous-sol, avec une vaste scène, un rideau électrique. Une puissante sono, avec micros fixes et sans-fil. Connection internet haut-débit, vidéo-projecteur. L'éclairage permet de diviser la salle en différentes zones, et distingue la scène de la salle. Une salle donc spécialement adaptée aux conférences.

Réservations :

Toutes les réservations se font par écrit après accord du frère responsable,

pour tout contact : salles@franciscains-paris.org

Photos salles

Vous êtes ici :   Accueil » 27e dim-ord-C
 
 
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
pcF6d
Recopier le code :


  Nombre de membres 34 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
pcF6d
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!