Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Frères
Hier et aujourd'hui
Services
Encyclopédie
Visites

 2012231 visiteurs

 61 visiteurs en ligne

Au XXe siècle

Les vagues anticléricales

Le 29 mars 1880, c'est le décret d'expulsion des religieux ; le couvent est fermé avec à l'intérieur un seul gardien ; les religieux sont dispersés. Mais dès 1882, le Commissariat de Terre Sainte est restitué aux Pères. Une petite communauté s'y reconstitue. Puis c'est l'affaire Dreyfus et une nouvelle vague anticléricale. Par la fameuse loi de 1901 sur les associations une autorisation est exigée des congrégations religieuses sous peine de dissolution et de confiscation.
Le 7 avril 1903, toutes les autorisations sont refusées, tous les couvents sont dissous et confisqués. Le couvent de la rue Falguière deviendra l'École Bréguet.
Un certain nombre de Pères vont vivre alors dans la clandestinité. Beaucoup partent en Belgique, Hollande, Grande-Bretagne et surtout Canada , d'autres en Terre-Sainte et autres terres de mission.

Les Franciscains arrivent dans le XIVe

 

Et puis c'est 1914, la guerre : 33 religieux de la Province de Paris sont mobilisés et souvent au front, quelques uns ne reviendront pas. La passion anticléricale n'est plus de mise quand effort et sacrifice sont demandés à tous pour la patrie en danger.
En 1919, les Pères clandestins n'hésitent pas à créer un noviciat, 37, rue Boulard (Paris 14°). Voilà donc les Franciscains, éternels clandestins, installés au grand jour dans le 14e. Les frères dispersés avant la guerre sont maintenant de retour. Le provincial de Paris qui résidait au Canada peut rentrer et réorganiser la province où les vocations sont nombreuses.
Mais bientôt trop à l'étroit, la communauté franciscaine s'installe  9, rue Marie-Rose et occupe plusieurs appartements 25 et 27, rue Sarrette. Un grand terrain, situé derrière les immeubles sera le lieu d'implantation d'un  vrai couvent, quelques années plus tard.
Au XXe siècle

Les vagues anticléricales

Le 29 mars 1880, c'est le décret d'expulsion des religieux ; le couvent est fermé avec à l'intérieur un seul gardien ; les religieux sont dispersés. Mais dès 1882, le Commissariat de Terre Sainte est restitué aux Pères. Une petite communauté s'y reconstitue. Puis c'est l'affaire Dreyfus et une nouvelle vague anticléricale. Par la fameuse loi de 1901 sur les associations une autorisation est exigée des congrégations religieuses sous peine de dissolution et de confiscation.
Le 7 avril 1903, toutes les autorisations sont refusées, tous les couvents sont dissous et confisqués. Le couvent de la rue Falguière deviendra l'École Bréguet.
Un certain nombre de Pères vont vivre alors dans la clandestinité. Beaucoup partent en Belgique, Hollande, Grande-Bretagne et surtout Canada , d'autres en Terre-Sainte et autres terres de mission.

Les Franciscains arrivent dans le XIVe

 

Et puis c'est 1914, la guerre : 33 religieux de la Province de Paris sont mobilisés et souvent au front, quelques uns ne reviendront pas. La passion anticléricale n'est plus de mise quand effort et sacrifice sont demandés à tous pour la patrie en danger.
En 1919, les Pères clandestins n'hésitent pas à créer un noviciat, 37, rue Boulard (Paris 14°). Voilà donc les Franciscains, éternels clandestins, installés au grand jour dans le 14e. Les frères dispersés avant la guerre sont maintenant de retour. Le provincial de Paris qui résidait au Canada peut rentrer et réorganiser la province où les vocations sont nombreuses.
Mais bientôt trop à l'étroit, la communauté franciscaine s'installe  9, rue Marie-Rose et occupe plusieurs appartements 25 et 27, rue Sarrette. Un grand terrain, situé derrière les immeubles sera le lieu d'implantation d'un  vrai couvent, quelques années plus tard.

Fermer Fermer


Date de création : 06/01/2015 * 21:57
Catégorie : Histoire - Frères à Paris
Page lue 15469 fois

Thèmes spirituels
Renseignements

Pour nous joindre :
7 rue Marie-Rose 75014 PARIS
téléphone : 01 40 52 12 70
télécopie : 01 40 52 12 90
accueil@franciscains-paris.org

La porterie est ouverte
de 8 h 45 à 11 h 45 et
de 14 h 30 à 18 h 30

(sauf le dimanche)

La chapelle est ouverte
de 7 h 30 à 12 h 30
de 14 h 45 à 19 h 30.

  8 h : Laudes (dim. 8 h 45)
12 h : messe communautaire
18 h 30 : prière silencieuse
19 h : vêpres
DIMANCHE messe à 10 h 30

location des salles

Descriptif

Salle Duns Scot

80 m2, jusqu'à 40 personnes. Une salle agréable, d'accès immédiat puisque située au rez-de-chaussée.

Petites salles de réunion

Egalement au rez-de-chaussée, 4 petites salles conviviales pour 4 à 8 personnes.

Salle Saint-Antoine de Padoue

de 100 à 300 m2, avec une scène (jusqu'à 200 places).

Une salle moderne, en sous-sol, avec une vaste scène, un rideau électrique. Une puissante sono, avec micros fixes et sans-fil. Connection internet haut-débit, vidéo-projecteur. L'éclairage permet de diviser la salle en différentes zones, et distingue la scène de la salle. Une salle donc spécialement adaptée aux conférences.

Réservations :

Toutes les réservations se font par écrit après accord du frère responsable,

pour tout contact : salles@franciscains-paris.org

Photos salles

Vous êtes ici :   Accueil » 20e s.
 
 
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
hAcr4P
Recopier le code :


  Nombre de membres 21 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
hAcr4P
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!